5 juillet 2009

Laulupidu, suite et fin - le bouquet final!


Aujourd'hui, c 'est un autre concert auquel nous avons eu droit.

Un programme chantant et très entrainant parfois, des chorales d'enfants surexcitées et très énergiques et un public chaud à la fin de la journée - le soleil ou la bière? ;)

Ce fut une très belle journée (malgré quelques gouttes au début qui ont fait craindre un remake de la journée d'hier) dont voici un court résumé:

Ouverture du second concert bien à l'heure (14h pétantes) avec la fanfare (enfin un bel orchestre) qui a entamé quelques marches estoniennes.
Ils ont rapidement laissé place aux chorales (dans le désordre) des femmes, des enfants, des tout petits, des hommes, des hommes et femmes ensemble et enfin tout ce petit monde réunit pour le final.

Les enfants ont fait preuve de beaucoup d'énergie mais le répertoire s'y prêtait, des chansons rythmées et entrainantes, plein de vie et de naïveté :)

Vers la fin du concert arrivèrent les meilleures mélodies et le public surchauffé par le soleil et la boisson commença à entamer des olas à n'en plus finir, entamées par les chanteurs. Ceux-ci n'avaient apparemment pas envie de partir et demandaient souvent à répéter la chanson qui venait tout juste d'être interprétée.

Lors de la "chanson du drapeau" ce fut une marée de drapeaux qui apparurent, avant de finir avant le tant attendu "mu isamaa on minu arm" qui acheva pour nous ce Laulupidu!

68 000 tickets ont été vendus pour cette journée (75 000 Samedi) et 27 000 chanteurs et musiciens ont participé.

Photos et probablement vidéos bientôt...

1 commentaires > Laisser un commentaire :

Marianne a dit…

En effet , c'était splendide !
On n'a sans doute pas eu la même vision ,ni surtout la même sensation (on ne peut ressentir vraiment l'ambiance que sur place ,pas devant un écran ), mais j'ai entendu les mêmes chants, la même musique et j'ai été enchantée , j'ai adoré !
Je "swingais" avec les chanteurs quand il y avait du rythme, et il y en avait souvent !
J'espère qu'un jour ,je pourrai voir ça sur place .

Publier un commentaire