10 juillet 2008

L’Estonie va construire une nouvelle centrale à schistes bitumineux en 2015

L’Estonie va construire en 2015 une nouvelle centrale énergétique alimentée par les schistes bitumineux trouvés sur le territoire estonien (la seule source d’énergie du pays). Le plan est en train d’être finalisé mais il apparaît que la centrale devrait être opérationnelle en 2020. Elle produirait environ 400MW pour un coût estimé à 15 milliards de couronnes (à peu prés 1 milliard d’euros). Elle est censée être financée par l’Etat et le fonds d’aide Européen, cependant l’Estonie était censée se débarrasser de ce type de centrales (condition d’accès à l’union européenne), trop polluantes et peu efficaces. Le ministère de l’économie souligne le fait que le pays a fortement besoin d’une nouvelle centrale à schistes afin de suppléer à celle de Narva –à la frontière russe- qui devrait être rénovée.

Cette nouvelle pose donc de nombreux problèmes : dans un contexte de flambée des prix du pétrole, il est évident qu’il est économiquement plus sage de recourir à des énergies disponibles sur son territoire. Cependant, l’opinion montre aussi son attachement pour le développement d’énergies propres et renouvelables, et cette décision se heurte quelque peu à ce courant de pensée.

Pour rappel, l’opération « Teeme ära 2008 » avait rencontré un très grand succès en rassemblant des volontaires de tout le pays afin de nettoyer la nature estonienne de tous types de détritus. Au final, 10 000 tonnes de déchets (pneus, frigos, …) déposés illégalement furent nettoyés en une seule journée, le 3 Mai 2008, par plus de 50 000 volontaires. Ceci peut sembler peu mais cela représente 3,5% de la population du pays ; en France cela représenterait plus de 2 millions de personnes !!

Finalement, le dernier rempart sera l’union européenne qui donnera ou non son feu vert pour la construction de cette centrale. Etant donné le contexte économique actuel et le prix du pétrole, on voit mal comment l’UE pourrait faire du chantage…

0 commentaires > Laisser un commentaire :

Publier un commentaire