8 mars 2017

9 Mars 1944 : bombardement de Tallinn par l’aviation soviétique

Le 9 Mars 1944, la Dalnaya Aviatsiya soviétique bombardait Tallinn, alors occupée par les Allemands depuis Juillet 1941. Comme chaque année, les cloches des églises de Tallinn sonneront à 19h15 en souvenir de cette nuit.

Une semaine avant l’attaque, le Maire de Tallinn avait demandé aux habitants de quitter la ville mais l’évacuation fut un échec. En fait, personne ne s’attendait à une telle offensive.

D’autres attaques aériennes soviétiques avaient précédé (été 1941, puis en 1942-43) mais celle-ci fut de loin la plus violente

Dans la nuit du 9 au 10 Mars 1944, 300 avions larguent plus de 3000 bombes sur Tallinn, dont 1725 explosives et 1300 incendiaires. La capitale estonienne ne s’en remettra pas. Un tiers de la ville est détruit, 554 civils tués, plus de 650 blessés et 25 000 personnes laissées sans toit pour la fin de l'hiver.

9 Mars 1944, ruines a Tallinn
Tallinn après le bombardement - au fond, l'église St Olav
Les pompiers ont par ailleurs été rapidement à court d’eau pour maitriser les incendies. En effet, des saboteurs soviétiques avaient fait exploser les stations de pompage avant le raid aérien. Il y eut en fait peu d’infrastructures militaires touchées. Le dépôt de millions de litres de fuel est cependant parti en fumée. Quelques usines d’importance militaire furent également touchées mais la majeure partie des bombes tombèrent sur des bâtiments publics, dont le théâtre Estonia, l’Eglise St Nicholas (Niguliste Kirik), la synagogue, quatre cinémas.
1944: le théâtre Estonia après le bombardement
Le théâtre Estonia après le bombardement
la rue Harju de Tallinn avant 2007
Les ruines de la rue Harju avant 2007

Sans parler de la perte de patrimoine historique et culturel. 10% des bâtiments de la vieille ville détruits mais aussi les Archives de la ville de Tallinn comprenant une collection importante de documents médiévaux. Par ailleurs, la plupart des maisons construites en bois n’ont pas résisté aux flammes.

Le but de cette manœuvre était avant tout de saper le moral des civils fermement opposés à un retour des soviétiques. Ceci n’a eu pour effet que d’augmenter l’hostilité du peuple estonien envers l’armée soviétique.

Quelques jours auparavant, le 6 mars 1944, la vieille ville baroque de Narva fut totalement rasée par un bombardement et, un peu plus tôt, le 27 février, un autre raid aérien avait pris la vie de quatre enfants en train de jouer dans la cour de leur école de la commune de Luunja (sud-est de l’Estonie).

Le jour de leur enterrement fut décrété jour de commémoration national. Henrik Visnapuu écrit à cet occasion le poème « Uus Heroodes » - traduire « Hérode moderne », en référence à l’épisode du Massacre des Innocents de l’Evangile selon Matthieu.
 
Et le 9 Mars, c'est au tour de Tallinn. Pour les Estoniens, c’en est trop et l'ennemi est véritablement devenu soviétique. Sur les ruines du théâtre Estonia, un slogan fut écrit :
« Varemetest tõuseb kättemaks!” (Des ruines s'élèvera la vengeance!)

Le groupe de rock/métal estonien 8PMA a également composé un titre en souvenir du bombardement:


Si le théâtre Estonia a été reconstruit en 1947, les ruines de la rue Harju ont été conservées jusqu’en 2007 avant qu’un parc ne vienne s’installer et remettre en valeur ce quartier.
Tallinn, Harju tanav
La rue Harju aujourd'hui
Vous pouvez observer à quoi ressemblait la rue Harju avant 2007:
http://ww2panorama.org/panos/andrei_bodrov_tallinn.html

Le dernier raid aérien soviétique sur Tallinn eu lieu le 22 Septembre 1944 et il conduit à la retraite des Allemands d'Estonie.

8 commentaires > Laisser un commentaire :

Marianne a dit…

Super ,ton post ,très intéressant !
Je reconnais la rue Harju ,tu l'as donc connue lorsqu'il y avait encore les ruines.
Le panorama pour voir la rue est très pratique pour se repérer !

Gilles a dit…

Ces faits prouvent (s'il en était encore besoin) que les soviétiques ont toujours considéré les Baltes comme des ennemis. Et que leur pseudo libération, encore magnifiée par la Russie d'aujourd'hui, n'est qu'un mythe.

Anonyme a dit…

Incroyable, mais où sont passées les ruines? Mon dernier voyage en Estonie remonte à 2006.
Merci pour cette info.
Céline

Estonie Tallinn a dit…

En effet, elles ont laissé la place à un parc (bien coûteux d'ailleurs) en 2007.
Mais il faut dire que les ruines n'étaient plus entretenues et ne mettaient vraiment pas en valeur l'entrée de la vieille ville!

lesopinions a dit…

Si vous trouvez le temps, vous pouvez feuiller le magazine "Viisnurk", paru de 1940 à 1941. Ce magazine dedié à la culture, l'art et la littérature estonienne a disparu avant le début de l'occupation allemande. Un bon moyen de retrouver le goût du temps! L'idéologie soviétique s'y manifeste dans toute sa clarté.

lesopinions a dit…

Si vous trouvez le temps, vous pouvez feuiller le magazine "Viisnurk", paru de 1940 à 1941. Ce magazine dedié à la culture, l'art et la littérature estonienne a disparu avant le début de l'occupation allemande. Un bon moyen de retrouver le goût du temps! L'idéologie soviétique s'y manifeste dans toute sa clarté.

fredng a dit…

Malheureusement, et en regard de ces 554 civils tués dans les dommages collatéraux (mais on est très loin du bombardement allié de Dresde : plusieurs dizaines de milliers de morts) les soviétiques sont arrivés trop tard pour l'assassinat de 5000 estoniens d'obédience communiste, 242 tziganes et les 929 juifs qui avaient décidé de ne pas suivre le retrait de l'Armée rouge lors de l'opération Barbarossa.

Philippe Duluc a dit…

Mais les Soviétiques étaient bien là en 1940 et 1941 pour déporter 8 000 Estoniens ( dont plus de 2000 furent exécutés). Sans oublier les 33 000 estoniens enrôlés de force dans l'armée soviétique, dont 10 000 sont morts des conditions de survie inhumaines.

Enregistrer un commentaire