15 juillet 2010

Tempête "tropicale" en Estonie

Alors ils sont où tous les détracteurs qui croient encore que le réchauffement climatique n'est qu'un mythe?

L'Estonie vient d'endurer un des hivers les plus rudes et longs de son histoire (je rappelle que sous le terme "réchauffement climatique" on englobe tout ce qui concerne l'amplification des phénomènes météorologiques locaux); ces derniers jours, le pays a connu une véritable canicule inhabituelle dans ce pays et après le beau temps vient... l'orage.

Orage? C'est quasiment une tempête tropicale qui s'est abattue sur Tallinn aujourd'hui! Voir photos ci-dessous, cliquer pour agrandir - les pieds nus ont dû être ravis aujourd'hui!

2 commentaires > Laisser un commentaire :

Gilles a dit…

Il est clair que le terme de "rechauffement climatique" est inadapte. Car un rechauffement est un rechauffement et pas une "amplification des phenomenes meteorologiques".

C'est le sixieme ete que je passe dans la region de la Baltique, et j'ai toujours connu tous les etes des temperatures superieures a 30 degres. Meme si c'etait suivi par un 15 Aout a 12 degres (en 2006 a Vilnius si je me souviens bien).

Par contre, quand il faisait - 25 cet hiver et que Riga connaissait son episode neigeux depuis plusieurs annees, on ne le sentait pas bien ce rechauffement ..... Sans parler des - 30 de l'hiver 2006 a Vilnius.

Alors que les tenants du climatiquement correct nous lachent un peu les baskets et arretent de nous faire peur. Et si on se posait plutot la question de l'entretien des reseaux d'ecoulement des eaux?

jipebe29 a dit…

Que constatons-nous à propos des modèles du GIEC? Que leurs projections ne sont pas conformes aux observations, car:
- ils ne prévoient pas la stagnation des températures depuis 2001 (mesures satellitaires);
- ils ne prévoient pas le refroidissement relatif des océans
- la signature du gaz à effet de serre CO2 (les points chauds), prévue comme une validation forte des modèles du GIEC, n'a jamais pu être observée par les ballons-sondes météo;
- la relation causale supposée entre le CO2 et la température est démentie par l'analyse fine des carottes de glace : durant les 500 000 dernières années, ce n'est jamais le CO2 qui a fait monter les températures, mais l'accroissement des températures qui a été suivie, avec un retard typique de 800 ans, par l'augmentation du taux de CO2.

Nous pouvons donc en conclure que le climat évolue essentiellement en fonction d'autres causes, non encore identifiées, et que les modèles climatiques ne prennent pas ces causes en considération pour la bonne raison qu'ils ne les connaissent pas.

Le climatologue Marcel Leroux propose une autre approche : ce sont les AMP (anticyclones mobiles polaires) qui se sont renforcés depuis les années 70 et dont les trajectoires ont évolué. Source : Académie des Sciences, Paris. Séminaire de Travail : Evolution du Climat, 5 mars 2007 – Marcel Leroux, Prof. Em., Université Jean Moulin, Lyon.
Si vous le désirez, je peux vous envoyer de rapport en format PDF.

Publier un commentaire