1 novembre 2013

Le 11 Novembre 1918 en Estonie, tout est encore à faire

24 fevrier 1919, Estonie
En effet, alors qu'à l'ouest l'armistice signe la fin des combats et la paix, tout est encore à faire en Estonie qui va bientôt accéder a sa véritable première indépendance.
Le 11 Novembre, les Allemands vaincus déposent les armes, ce qui permet au gouvernent provisoire estonien de revenir à la surface.

Les occupants allemands remettent officiellement le pouvoir a Konstantin Päts le 21 Novembre, cependant l’armée allemande n'a pas quitté le territoire.

Les dirigeants de la Russie soviétique tentent de profiter de la nouvelle situation et dénoncent le traité de Brest-Litovsk le 13 novembre. Un Comité révolutionnaire provisoire d'Estonie se proclame seul pouvoir légal et demande à l’armée Rouge de libérer le pays. Celle-ci est cependant repoussée par les Allemands (toujours là) à Narva le 22 Novembre à l'est du pays. Le 28 Novembre une nouvelle attaque s’avère plus réussie et en Janvier l’armée Rouge occupe l'Est de l'Estonie.

Deux ennemis et deux fronts

Affiche de recrutement de l'armée estonienne de 1918 -Frères, hâtez vous de rejoindre l'armée de la nationL’Armée Rouge occupe alors presque la moitié du territoire estonien.  Le gouvernement provisoire estonien tente alors de mobiliser les Estoniens et fait appel à l'aide de la Finlande et de la Grand-Bretagne. L’armée estonienne est finalement sur pied et elle sera menée par le lieutenant-colonel Johann Laidoner, ancien officier de l'armée russe.

L'offensive, appuyée par des trains blindes et des commandos débarqués sur la côte dans les arrières de l'ennemi, a lieu le long des voies ferroviaires et permet aux Estoniens de reprendre le contrôle de l'axe Tallinn-Narva. Il reste maintenant à se tourner vers le sud du pays. La jeune armée estonienne prend l'avantage a Võru et Valga. 

Les mouvements sur les deux fronts (cliquer pour agrandir):














En Décembre 1918, l'Estonie reçoit l'assistance des Anglais qui apportent munitions, armes et protection de Tallinn en cas d'attaque soviétique par la mer. La Finlande envoie du matériel et accorde un prêt a la future jeune nation tandis que des volontaires lettons et venus de Scandinavie viennent rejoindre l’armée estonienne. Le 1er Février 1919, les soviétiques sont repoussés hors du territoire estonien.

Mais les soviétiques n'abdiquent pas et reprennent l'offensive dans les sud-est. Ils sont finalement repoussés en territoire russe en Mai oú les Estoniens reçoivent le soutien de l’Armée Blanche de Loudenitch, qui lutte pour rétablir l'Empire russe.

Au sud, l'ennemi est différent. L’Armée estonienne se bat contre les corps-francs allemands et la milice  (Landswehr) commandés par le général allemand Rüdiger von der Goltz qui tente de reconstituer un Etat germanique. Cette armée qui a pris le pouvoir en Lettonie combat l’Armée Rouge mais également les nationalistes baltes.

Les Estoniens, qui reçoivent le soutien d'un bataillon letton, défont les Allemands le 23 Juin 1919 à Wenden (actuelle Cēsis, au nord de Riga).

En Septembre, des pourparlers de paix avec la Russie échouent et l’Armée Rouge repasse à l'attaque à Narva avec plus de 150 000 hommes. L'offensive est difficilement repoussée par les Estoniens et les négociations reprennent en Décembre.

Le Traite de Tartu est finalement signé le 2 Février 1920. La Russie Soviétique reconnait l’indépendance de l'Estonie et ajoute à son territoire la région sud-est oú vivent les Seto. Les Russes d'origine estonienne sont autorisés à rentrer en Estonie, mais seulement 37 500 sur environ 200 000 personnes y parviendront.

Les pertes furent au final peu nombreuses pour les Estoniens (environ 3 600 victimes). Cela est dú au fait que les batailles opposaient en général des effectifs faibles. A noter que ces combats opposaient souvent des Estoniens entre eux qui se battaient des deux côtés.

Pour en savoir plus:
Un film met en images cette guerre d'indépendance: Nimed Marmortahvlil (traduit par les noms sur le tableau de marbre ou "Names engraved in marble").

Le film complet Nimed Marmortahvlil

4 commentaires > Laisser un commentaire :

Gilles a dit…

Ces Etats, je veux dire les Etats baltes, ont eu bien du mérite pour conquérir ou retrouver leur indépendance. A l'époque, une escadre franco-britannique avait même aidé l'Estonie et la Lettonie. La France d'aujourd'hui serait bien inspirée de s'apercevoir qu'ils existent toujours !

Bravo pour votre post

Marianne a dit…

Pour compléter ce très intéressant article ,je voulais signaler que le film "Nimed marmortahvlil" a été tiré de la nouvelle éponyme de l'écrivain estonien Albert Kivikas .
"Nimed marmortahvlil" est un roman de guerre , publié en 1936 ,dont l'action se situe pendant la 1ère guerre d'indépendance estonienne ,de 1918 à 1920.
Albert Kivikas a été récompensé par la Société de littérature estonienne pour son roman "Nimed marmortahvlil". C'est l'une des œuvres les plus connues de la littérature estonienne. Le roman est basé sur l'expérience personnelle de Albert Kivikas durant la guerre d'indépendance estonienne.
A travers les personnages principaux du livre, les deux principaux mouvements politiques de l'époque , nationalisme et communisme sont représentés .
Le livre décrit aussi l'incertitude qui existait à cette époque chez les Estoniens sur l'avenir de leur pays.

"Nimed Marmortahvlil" est un film que j'ai beaucoup aimé ,c'est le récit passionnant de jeunes étudiants qui ont combattu pour l’indépendance de leur pays et pour leurs idéaux. L’histoire de ces soldats en herbe témoigne également de la manière dont un pays se forge sa propre identité.

"Nimed Marmortahvlil" a battu tous les records dès sa sortie : on estime qu’environ 80% des Estoniens l’ont vu.

femme russe France a dit…

Nous vous adressons un grand merci pour cette leçon d'histoire. Encore merci.

jolie femme russe a dit…

Si les Soviétiques et les Allemands avaient unis leur force, les deux guerres auraient été différentes.

Enregistrer un commentaire