23 mai 2013

Quand les Colombes Disparurent de Sofi Oksanen


Quand les colombes disparurent de Sofi Oksanen

Pour sûr, Sofi Oksanen, elle, ne disparait pas et c'est tant mieux! Après l’immense succès de ‘Purge et ‘Les vaches de Staline’, elle revient avec ‘Quand les colombes disparurent’ - roman qu'elle place à nouveau dans une période trouble de l'histoire estonienne.

Rappels historiques importants:
Dominée depuis le 18e siècle par la Russie tsariste, l’Estonie profite de la révolution bolchevique pour se déclarer indépendante le 24 février 1918, la veille de l’arrivée des troupes allemandes. Lorsque celles-ci se retirent en Novembre 1918, l’armée Rouge passe à l’offensive. Les Estoniens organisent la résistance et en Fevrier 1920, la Russie bolchevique reconnait enfin la République d’Estonie. 
Mais le chaos revient en 1940. Une clause secrète du pacte Molotov-Ribbentrop place l’Estonie dans la sphère d'intérêt de l'URSS qui est contrainte de signer avec l'URSS un pacte d'« assistance mutuelle » en Septembre. En Juin 1940, l’armée rouge est de retour et occupe le territoire estonien qui devient peu après une république soviétique avec le lot de terreur et de déportations que cela induit. Ainsi, lorsque les Nazis chassent les soviétiques en Juillet 1941, ils sont considérés par certains comme des libérateurs. Ils resteront en Estonie jusqu’en octobre 1944 avec le retour des Soviétiques. L’Estonie retrouvera seulement son indépendance en 1991.

Le décor est planté pour ce nouveau roman de Sofi Oksanen qui prend racine dans l'Estonie occupée par les nazis en 1941 et se poursuit jusqu’en 1966, l’Estonie est alors une republique socialiste soviétique.

On comprend rapidement que ce livre va nous amener une nouvelle fois dans une période complexe de l’histoire de l'Estonie et que les thèmes de prédilection de Sofi Oksanen vont réapparaitre : occupation, résistance, collaboration.

Cette fois-ci, elle se penche tout particulièrement sur les choix que les Estoniens ont alors du faire  et les conséquences de ces décisions.
Bons ? Mauvais ? Qui pouvait savoir ? Qui aurait pu prédire l’avenir ? Et qu’aurions-nous fait dans pareille situation alors que les occupants changeaient à tout va? Des questions que vous allez probablement vous poser en lisant ce roman !

Résister à tout prix ? C’est le choix que fait Roland qui combat sans relâche les envahisseurs successifs, nazis et communistes.
Son cousin Edgar, préfère retourner sa veste lorsque le pouvoir change.
Juudit, sa femme, délaissée, tombe dans les bras d’un jeune officier allemand.
Quel sera le choix le plus judicieux ? Dès le début du livre, la mort mystérieuse de la fiancée de Roland nous est envoyée en pleine face et pèsera sur tout le livre…

Sofi Oksanen explique qu’elle a écrit ce livre pour ‘redonner de l’espoir à quelqu’un qui avait travaillé pour le KGB’ (le personnage d’Edgar est inspiré d’une personne bien réelle, Edgar Meos – voir vidéo ci-dessous) parce que la plupart des livres récents sur l’histoire de l’Estonie concernent les opprimés et les déportés. Cependant il y a peu d’écrits sur les collaborateurs et pour tenter de comprendre ces gens qui ont été par la suite parfois montrés du doigt ou accusés pour avoir fait un choix plutôt qu’un autre.


Ce thème me ramène d’ailleurs aux paroles de la chanson de Jean-Jacques Goldman, Né en 17 a Leidenstadt:
Serions-nous de ceux qui résistent ou bien les moutons d'un troupeau?
 ..... 
Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens, Si j'avais été allemand. 
Et qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps 
D'avoir à choisir un camp 



Quand les colombes disparurent de Sofi Oksanen
quand les colombes disparurent de sofi oksanen













Tous les romans de Sofi Oksanen
sofi oksanen romans

2 commentaires > Laisser un commentaire :

Marianne a dit…

Livre commandé ...
Bien d'accord avec ta référence à la chanson de Goldman (j'avais déjà mis un commentaire faisant référence à cette chanson dans ton post "Le Mémorial à la Guerre d’Indépendance estonienne n’a PAS de caractère “Nazi”").
Que pouvaient faire les Estoniens ,pris en étau entre les Allemands d'un côté et les Soviétiques de l'autre,sinon essayer de sauver leur peau et leurs familles ,et d'aller vers ce qu'ils leur semblait le moins pire !
Aucune polémique n'a lieu d'être sur le fait que certains ont combattu du côté allemand et d'autres dans l'armée soviétique .
Personne ne peut dire ce qu'il aurait fait à la place de ces gens et à ce moment précis de l'Histoire !
Ce n'est bien sûr pas facile de comprendre lorsqu'on n'a jamais vécu de telles situations, mais gardons nous bien de juger des comportements dus à des situations EXTRA-ORDINAIRES .

Estonie-Tallinn a dit…

c est tout l interet de ce livre !

Enregistrer un commentaire