28 février 2011

Législatives 2011: le vote en ligne a démarré

Les élections législatives 2011 ont débuté en ligne depuis le 24 Février, fête nationale estonienne, et se poursuivront jusqu’au 2 Mars à 20h. Ils sont déjà plus de 70 000 à avoir voté par Internet.

Il est intéressant de préciser qu’un vote en ligne peut être annulé en se rendant dans un bureau de vote. Le vote « papier » remplaçant automatiquement le vote électronique. Le jour des élections, le 6 Mars, il n’y aura pas de vote électronique possible.

Le vote électronique a été introduit en Estonie en 2005 pour les élections municipales - 10 000 (2% des votants) Estoniens utilisèrent alors le système. Depuis, cette pratique connait une progression fulgurante : 30 000 e-votants (5% des électeurs) lors des législatives de 2007, 58 000 (15%) pour les européennes de 2009 et enfin 104 413 pour les municipales de 2009.

Pour ou contre le e-vote?
Les principaux détracteurs critiquent les possibilités de fraude en ligne et les possibilités de pression – l’isoloir étant censé préserver le secret, je dis « censé » car il existe bel et bien des cas de fraude dans des pays utilisant uniquement le vote papier et l’isoloir.
Question sécurité, l’électeur utilise sa carte d’identité à puce électronique (n'essayez pas avec votre carte d'identité française, le plastique ne fournit aucune information...) et un lecteur de carte qu’il branche sur son PC. Il lui faut ensuite s’identifier et entrer ses mots de passe pour pouvoir voter. Ce système est également utilisé pour signer des documents officiels, se connecter à sa banque en ligne (obligatoire pour procéder à des virements d’un montant important)... Il est ultra-sécurisé.

Précisons aussi que l’Estonie a mobilisé sa « cyber-brigade » qui est prête à déjouer toute tentative d’attaque de son système de e-voting. Celle-ci a été créée fin 2010 afin de lutter contre les cyber-attaques, telle celle imputable à des pirates russes en 2007 suite à l’épisode du soldat de bronze.

Sites officiels, médias et banques estoniennes avaient été la cible de PC-zombies censés inonder les serveurs des sites visés pour les rendre inaccessibles en provoquant une « erreur 404 », c’est-à-dire la page blanche. Pour cette offensive, des dizaines de milliers d’ordinateurs infectés avaient été utilisés pour générer un trafic « pirate » de 5000 clics par seconde – une charge impossible à supporter pour les sites web attaqués.

A l’époque, Linnar Viik, un gourou estonien de l’Internet avait expliqué à The Economist que « la mobilisation d'une telle armada informatique dépasse de très loin le stade de l'initiative individuelle, voire même mafieuse. Rien de tel ne peut se faire à cette échelle sans la coopération d'un Etat, et de plusieurs opérateurs télécoms”. Moscou avait alors été montré du doigt, les adresses IP des PC venant du bureau de l’administration russe. Celle-ci avait démenti toute implication.

L’Estonie est par ailleurs souvent appelée « e-stonie » avec un e-gouvernement, des e-tickets à gogo, du Wifi en de multiples emplacements, bref des nouvelles technologies omniprésentes. Ainsi, en 2009, 92% des contribuables estoniens ont rempli leur déclaration de revenu sur Internet, une opération qui prend environ 2 minutes – le prélèvement se faisant à la source.

C’est donc un pays qui se projette vers l'avant, précurseur dans de nombreux secteurs des nouvelles technologies (développement de Skype, Kazaa, paiements par téléphone mobile…) et le e-vote n’est donc qu’un service supplémentaire, une suite logique aux nombreuses innovations déjà en place. L’Estonie se veut être le pays de la modernisation, du changement.

Ce type de vote peut avoir un impact intéressant au niveau du vote des jeunes, forcément plus adeptes (accros ?) des nouvelles technologies et moins enclins à se déplacer pour aller voter pour des politiques incompris qu’ils ont plutôt tendance à fuir.

Et vous, plutôt pour ou plutôt contre?

Les sondages (source: TNS Emor)
Reform Party: 28%
Centre Party: 25%
IRL: 21%
Social Democrats: 16%
Green Party: 4%
People's Union: 2%

Pour avoir un représentant au Parlement, il faut atteindre 5% des votes.

6 commentaires > Laisser un commentaire :

vincent dagousset a dit…

Si c'est très sécurisé, je ne suis pas contre. Il faudrait un jour l'utiliser en France où des milliers de personnes âgées ne peuvent pas se déplacer pour voter. Ces personnes là ne veulent pas faire de vote par procuration car elles ne font pas confiance à la personne qui va voter à leur place.

Gilles a dit…

Je suis évidemment pour.

Nous avons déjà voté via interenet pour les représentants des Français de l'étranger en Juin 2006 et, à ma connaissance,il n'y avait pas eu de litige.

Lionel a dit…

Le vote électronique par internet peut être corrompu par des virus sur les postes des électeurs, une fraude interne (comme un bourrage d'urnes dans les dernières secondes du vote par exemple) reste absolument indétectable. Voir les rapports de trois spécialistes indépendants sur le vote par internet des français de l'étranger : http://www.ordinateurs-de-vote.org/AFE-rapport-pellegrini.html

extraits :
"le déroulement du scrutin pose un problème grave de violation du secret du vote de certains électeurs"
"le système mis en oeuvre n'offre aucune des garanties que l'on doit attendre d'un processus de vote"
"la dématérialisation du processus de vote vide le rôle d'assesseur de sa substance"

Estonie Tallinn a dit…

A moins d'un virus bien spécifique, je vois mal comment il pourrait changer le vote d'un électeur avec l'utilisation d'une carte à puce protégée par deux mots de passe.

Par ailleurs, pour éviter tout "bourrage" d'urne (je suppose qu'il s'agit d'une attaque visant à submerger les serveurs), une équipe de surveillance est en place suite aux attaques subies par le pays en 2007 (voir article).

Enfin, si le vote est en ligne ne pourra jamais être 100% secret, le vote classique ne le sera jamais non plus. Vous savez très bien ce qui se passe à chaque élection: l'envoi d'une équipe d'observateurs. Personne n'est à l'abri de pressions ou même d'achat de votes - je vous conseille également de lire ceci: http://news.err.ee/politics/4844c7d2-5f3b-4f9e-9172-74bebf403e33

Le vote en ligne, dans un contexte de vieillissement de la population et de dématérialisation de tout ce qui nous entoure
est un réel progrès, une étape indispensable!

Anonyme a dit…

Bonjour
J'ai assisté à plusieurs votes électroniques en France, soit par dans un bureau de vote soit par internet (élections professionnelles). Contrairement à ce qui était attendu, la participation a souvent été en recul, parfois fortement. Pour les élections politiques, on ressent une augmentation de la fracture entre le citoyen et les politiques alors que leur cote de confiance est déjà très basse ici.. La priorité donnée au secret industriel au détriment de la transparence démocratique, la nécessité de s'en remettre à des tiers de confiance que personne ne connaît, alors que les scandales sanitaires se multiplient malgré les experts qui devaient donner confiance.. bref tout cela est loin de donner envie. D'ailleurs plusieurs pays (comme les Pays Bas) en Europe renoncent du fait du manque de confiance, du coût, d'un bilan écologique pas forcément intéressant. etc .
Je reste attentif à ce qui se dit, et je note toutefois que les plus farouches opposants au vote électronique se comptent parmi les informaticiens, les experts ou ingénieurs informatiques et pas chez les technophobes… cela interpelle, non ?


PS : pour Gilles : il y a eu des problèmes importants lors des élections des français à l’étranger sans compter une participation en recul..

Anonyme a dit…

@vincent dagousset : argumentation étonnante, les gens ne pourraient donner procuration à leurs proches par manque de confiance, mais pourrait voter gràce à des systèmes mis en place par des personnes inconnues, jamais rencontrées, dont on ne connait pas les choix partisans et sans aucun moyen de contrôle. Vous avouerez que c'est contradictoire !

Enregistrer un commentaire