24 décembre 2010

L’Europe se refroidit, le pôle se réchauffe

Vous en avez entendu parler en long et en large, l’Europe grelotte et se couvre d’un manteau blanc assez inhabituel. L’exemple de l’Estonie est également frappant puisque le pays, pourtant habitué à des conditions climatiques hivernales rudes, connaît son deuxième hiver précoce d’affilié avec des épisodes neigeux particulièrement importants.

N’en déplaise aux climato-sceptiques, cet hiver rigoureux est bel et bien une démonstration du réchauffement climatique.

En effet, si dans certaines régions on doit s’équiper de doudounes bien rembourrées, ailleurs, le temps est plutôt clément. Et pas besoin de faire des milliers de kilomètres. Hier, le thermostat affichait 1°C à Lille tandis que les Corses d’Ajaccio pouvaient presque se baigner avec une température printanière de 22° !
Les hivers sont froids mais la tendance globale est bien au réchauffement dans le reste du monde. Prenons du recul par rapport à ces épisodes exceptionnels et observons que la température mondiale s’est élevée de quasiment 0,5°C entre 2001 et 2010, par rapport à 1961-1990. C’est le chiffre le plus élevée jamais constaté, précise l’Organisation Météorologique Mondiale. En outre, 2010 sera la troisième année la plus chaude depuis 1850.

Au niveau global, la tendance est donc au réchauffement.
Pendant ce temps, nous avons froid en Europe. Toutefois, ce climat ne contredit en rien le phénomène du réchauffement climatique et, d’après des recherches publiées par le Journal de Recherche Géophysique, elle l’accrédite !

Explications :
La hausse globale des températures a entrainé une fonte de 20 à 30% de la calotte glaciaire. La glace a pour effet de repousser les rayons du soleil. Si elle disparait, c’est toute la surface du globe qui se réchauffe, les océans également. C’est le phénomène de l’albédo.

«Mettons que l'océan soit à zéro degré, explique Stefan Rahmstorf interrogé par l'Agence France-Presse. Il est ainsi beaucoup plus chaud que l'air polaire dans cette zone en hiver. Vous avez alors un important flux chaud qui remonte vers l'atmosphère que vous n'avez pas quand tout est recouvert de glace. C'est un changement énorme», estime le chercheur spécialiste du climat à l'institut Postdam en Allemagne.


Ainsi, un système de hautes pressions pousseraient l’air polaire dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, vers l’Europe. S’en suivent quelques hivers polaires comme nous les vivons actuellement. Pendant ce temps, au Groenland, les températures, en plein mois de décembre, sont supérieures à zéro degré. « Ces anomalies pourraient tripler la probabilité d’avoir des hivers extrêmes en Europe et dans le nord de l’Asie », explique à l’AFP le physicien Vladimir Petoukhov. Sur une échelle de temps plus longue, le refroidissement de l’Europe n’est toutefois pas confirmé ; mais il va falloir s’habituer à des hivers rigoureux.


La baisse de l’activité solaire explique aussi en partie le froid rencontré dans nos régions l’hiver venu. Le 24e cycle du soleil, attendu depuis deux ans, tarde à faire son apparition. Prévu tous les 11 ans, ce changement de cycle n’est toutefois pas réglé comme du papier à musique. Mais un tel retard a incité les scientifiques à s’y attarder. La situation actuelle de l’activité solaire, vents au plus bas, spectre lumineux bien faible, disparition et réapparition des taches solaires, rappelle fortement les périodes les plus froides du petit âge glaciaire, notamment entre 1645 et 1715. Ce phénomène empêcherait les masses d’air chaud d’atteindre l’Europe.

Sources : Le Figaro, AFP

6 commentaires > Laisser un commentaire :

Gilles a dit…

Je vois que les tenants du "réchauffement de la planète" font feu de tous bois (...) pour nous persuader, à grand renfort d'explications techniques alambiquées, que s'il fait froid, c'est parce que ça se réchauffe !

Je ne suis pas sûr que les passagers qui ont passé le réveillon de Noël à l'aéroport de Roissy, ou encore les SDF, ou tout simplement ceux qui n'ont pas les moyens de se chauffer, apprécient à leur juste valeur ces élucubrations dignes du savant Cosinus.

Estonie Tallinn a dit…

N'empêche que les faits sont là! Il fait presque chaud au Groenland, la banquise a fondu de plus de 20% et on se baignait dans le sud de la France en Décembre. Sans compter que le réchauffement est global... pas local. C'est ce qu'expliquent sans cesse des magazines spécialisés comme National Geographic par ex qui précisent que les phénomènes météorologiques seront amplifiés et qu'il ne fera pas forcément plus chaud partout. Les modèles sont encore complexes mais une chose est sûre, la planète se réchauffe!

Gilles a dit…

Bonne chance pour expliquer ça aux gens bloqués par la neige ou le froid, où que ce soit ......

(NB: que ce soit en Russie ou dans les Etats Baltes, les gens se baignent aussi le 1er Janvier dans les lacs et les rivières. J'espère que vous suivrez leur exemple .... histoire de montrer que la planète se réchauffe !)

Gilles a dit…

NB: ne vous méprenez pas !

Je jette sur l'affaire un regard faussement naïf, à la façon d'Usbek et Rica dans "Les lettres persannes". Mais je me défie tellement du politiquement correct qui veut que, hors le "réchauffement de la planète" point de salut, que l'on ne peut imaginer que je m'enthousiasme pour ce " S'il fait froid c'est parce que le pôle se réchauffe" !.....

Estonie Tallinn a dit…

pas de problème Gilles, nous avons le droit d'avoir des avis différents parfois

Gilles a dit…

Apparemment, il y aurait d'autres pistes pour expliquer ce refroidissement:

http://www.lepoint.fr/science/apres-le-rechauffement-la-rigueur-de-l-hiver-divise-les-scientifiques-28-12-2010-1280051_25.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20101229

Enregistrer un commentaire