19 mars 2009

L'Estonie attendra encore un peu pour l'Euro


Et voilà, comme je l'avais laissé entendre dans mon billet du 15 Mars 2009, l'annonce du Premier Ministre Andrus Ansip (surnommé Unzip...) et du Ministre des Finances à propos de l'adoption avancée de l'euro par l'Estonie a vite été critiquée par Bruxelles et notamment par Joaquin Almunia.


Celui-ci estime en effet que le plan d'Ansip de rejoindre la zone Euro dés Juillet 2010 est trop ambitieux. Le sujet sera discuté prochainement entre le 2 protagonistes et rien n'est définitif.

Cependant, on comprend mal comment un pays qui en pleine croissance n'était pas parvenu à accéder à l'euro à cause d'une inflation trop élevée pourrait maintenant réaliser ce vieux rêve avec des problèmes budgétaires et des doutes sur la stabilité bancaire du pays.

Je l'ai souvent dit et je le répète, je trouve que les hommes et femmes politique de ce pays sont particulièrement peu crédibles. Ce genre d'annonce en est la preuve. Aujoutez: la crise, niée pendant presque un an (!!) qui n'a pas vraiment favorisé la mise en place d'une politique préventive; quant à Evelyn Sepp dansant avec les Star à la télévision ou mettant à jour son statut sur Facebook pendant l'assemblée du Riigikogu, no comment!

Voilà l'état de la politique estonienne. Un vent de réforme serait le bienvenu.

1 commentaires > Laisser un commentaire :

Remo a dit…

Je ne sais pas si l'humour de la chute était volontaire. En tous cas, moi qui suis un chaud partisan d'Andrus Ansip et de son parti de la réforme, ça m'a bien fait rire.

Je ne suis pas certain de comprendre ce qui motive, en général et à propos de cette affaire d'entrée dans la zone euro en particulier, ton mépris pour les hommes politiques estoniens.

Voyons un peu:

Comme tu le sais, il y a six critères pour qu'un pays soit accepté au sein de la zone euro. Un critère premier, qui est d'appartenir au mécanisme de change européen MCE II depuis au moins deux ans et d'en avoir respecté les disciplines ; les trois critères les plus connus (inflation, dette publique et solde budgétaire); un critère de taux d'intérêt ; enfin, le Conseil européen, statuant sur recommandation de la BCE et de la Commission, doit estimer que les 4 critères précédents sont atteints de manière durable, ce qui est en fait un critère plus politique que technique (si on l'appliquait sérieusement, jamais la Slovaquie ne serait entrée dans la zone euro en janvier 2009, pour ne rien dire de la France, dont on voit bien que le respect du critère de déficit (sans doute 6% en 2009 et 7% en 2010) et de dette publique (pas loin de 80%) est tout sauf durable).

Donc:

- l'Estonie est membre du MCEII depuis 2004, et la couronne estonienne est liée à l'euro dans le cadre d'un mécanisme de currency board. OK pour le premier critère.

- l'Estonie a la dette publique la plus faible de l'Union: 4,3%, pour un seuil limite de 60%. OK aussi.

- le taux d'inflation ne doit pas être supérieur de plus de 1,5 points à la moyenne des trois meilleurs performeurs de l'Union. Je n'ai pas fait le calcul du seuil acceptable aujourd'hui (qui change par définition tous les mois), mais l'inflation estonienne est en chute libre (3,4% en février contre encore plus de 10% en septembre si ma mémoire est bonne), et le pays pourrait entrer en déflation autour de juillet-août, du fait notamment du maintien de la demande domestique à des niveaux très faibles. Il me semble donc que l'Estonie a de sérieuses chances de respecter ce critère d'ici 3 ou 4 mois. L'une des raisons à cette baisse très rapide de l'inflation, notamment par comparaison avec les deux autres pays baltes, est que l'Estonie a su, dès 2008, prendre la décision courageuse de relever les taux de TVA sur certains produits (médicaments, journaux, etc.), et de supprimer les taux réduits sur d'autres. D'où aujourd'hui une base de comparaison favorable alors que la Lettonie et la Lituanie sont obligées de prendre les mêmes mesures, à chaud, en plein marasme, ce qui rendra impossible dans leur cas le respect du critère d'inflation. Voilà pour l'absence supposée de réaction du gouvernement.

- le plus problématique est dans doute le critère de déficit budgétaire, eu égard au contexte économique. Mais l'Estonie (et c'est la grande différence avec la Lettonie et la Lituanie) a d'une part des fonds de réserve représentant 8,5% du PIB et ça, c'est bien grâce à l'action de son gouvernement qui a accumulé les excédents pendant les années fastes 2000 et 2007, alors que Lettons et Lituaniens accumulaient les déficits ; d'autre part, ce même gouvernement a fait adopter le 20 février un correctif budgétaire portant sur environ 3,5% du PIB, et il dispose encore de marges de manoeuvre pour redonner un tour de vis si nécessaire, notamment en limitant encore la hausse des retraites (actuellement prévue à 5%, alors que l'inflation moyenne sur l'année ne devrait pas dépasser 2% selon la Banque centrale, voire moins). Le respect de ce critère me paraît donc difficile, mais pas impossible. Pour mémoire, le déficit 2008 n'a pas dépassé 2,1%.

- le critère de taux n'est pas atteint aujourd'hui, mais il peut l'être rapidement. En règle générale, lorsque les marchés intègrent le fait qu'un pays va entrer dans l'euro à brève échéance, la convergence des taux s'opère mécaniquement.

- outre le critère de solde budgétaire, le seul problème est celui de la durabilité du respect des critères, mais c'est à mon sens un faux problème. Si les critères techniques sont remplis, aucun gouvernement européen ne prendra la responsabilité de dire non à l'Estonie, a fortiori lorsqu'on l'on sait que, parmi les membres actuels de la zone euro, une bonne moitié au moins, à commencer donc par nous, ne respectent pas les critères à la date d'aujourd'hui.

Donc, oui, à mon sens, l'Estonie a des chances très réelles d'entrer dans la zone euro, si ce n'est le 1er juillet 2010, en tous cas le 1er janvier 2011. Et le fait qu'elle connaisse une récession profonde n'est pas en soi un critère pour lui refuser l'entrée.

Enfin, moi, des hommes politiques comme Ansip, j'en veux bien des douzaines au gouvernement français :-)

Just my two cents.

Enregistrer un commentaire