16 février 2009

Risque Grandissant de Dévaluation dans les Pays Baltes


Il y a quelques mois, j'écrivais déjà sur ce risque potentiel et les conséquences d'une dévaluation du lats letton sur les pays voisins et notamment les autres pays Baltes.

Aujourd'hui on peut lire que ce danger devient de plus en plus réaliste. D'après BBN relayant une information de Bloomberg, la Lettonie pourrait être la première des 3 pays baltes à dévaluer sa monnaie de 50%.

"La Letonie est le plus faible des 3 pays car sa dette externe est très élevée tout comme son déficit budgétaire" a précisé Win Thin, un stratégiste monétaire de New York. "La contagion dans les 3 pays serait très forte et donc inévitable. Si la Lettonie casse, les autres suivront."
Cette conclusion est donc similaire à celle que je formulais déjà en Novembre 2008.

Les 3 pays, qui essayent tant bien que mal à conserver leurs monnaies indexées sur l'euro dans le but d'entrer dans l'Union Monétaire Européenne, sont sous très haute pression.

2 commentaires > Laisser un commentaire :

Gilles a dit…

Je n'ai aucune connaissance en économie. Mais est-ce qu'une dévaluation du Lats (avec un "s", même au singulier) ne serait pas un bien? Certes, la monnaie lettone abandonnerait le mécanisme MCE II et devrait reprendre plus tard à zéro son processus d'accession à l'Euro.

Mais est-ce que le fait d'être candidat à l'Euro (voire d'avoir l'Euro) est un avantage aujourd'hui ?

Guillaume a dit…

Merci pour la petite correction.
Concernant la dévaluation, on ne peut pas dire aujourd'hui que le course à l'euro pour les pays baltes est un bien car cela demande de la rigueur économique et par exemple empêche toute dévaluation. L'Etat n'est pas libre de jouer sur de nombreux critères une fois entré dans la course à l'euro et la rigueur économique est alors nécessaire (contrôle du budget, augmentation des revenus...).

Une dévaluation aujourd'hui serait un tremblement de terre car tous les crédits sont en euros. Du jour au lendemain (avec une dévaluation de 50%), le quidam serait 2 fois moins riche et aurait 2 fois plus à rembourser! Sans compter par la suite la spéculation monétaire ni la flambée des prix.

Bref, cela n'arrivera peut être pas car dévaluation = abandon de l'euro, mais les rumeurs ne sont plus des rumeurs.. et mieux vaut sécuriser son épargne en euros/

Enregistrer un commentaire